Qu’est-ce que le LCP ou Largest Contentful Paint ?

Le LCP ou Largest Contentful Paint est un indicateur mis en place par Google pour mesurer la vitesse de chargement d’une page internet. Cette métrique vient appuyer les critères déjà pris en charge par Google pour mesurer la qualité de l’expérience utilisateur (UX) d’une page. Certains facteurs existaient déjà auparavant. Le LCP ne vient que renforcer la demande de plus en plus forte de prioriser l’utilisateur en lui proposant des pages au temps chargement de plus en plus rapide. La navigation sécurisée (Safe Browser), le protocole HTTPS et l’index Mobile First étaient quelque part les prémisses de cette mise à jour algorithmique des Core Web Vitals. Les signaux Web essentiels ont été introduits pour augmenter la qualité et la performance des sites internet. Introduits et utilisés par Google, les Core Web Vitals, au nombre de trois, mesurent en quelque sorte la convivialité d’une page. Le LCP mesure la vitesse du temps de chargement, la FID quantifie la réactivité et le CLS chiffre la stabilité visuelle de la page.

Pourquoi le LCP est-il important pour Google ?

L’indicateur LCP mesure les performances, la vitesse et le temps de chargement d’une page. Pour Google, lorsque le LCP est inférieur à un temps de chargement de 2,5 secondes, votre site et votre URL sont performants. Entre 2.5 secondes et 4 secondes, vous devez l’améliorer. Au-delà, votre score LCP est considéré comme pauvre ou mauvais. Supérieur à 4 secondes, le score LCP est considéré comme médiocre et doit être amélioré. Google prend désormais en compte le temps d’affichage et de rendu du contenu principal de la page qui s’affiche (bloc de texte, image et vidéos). Google a été créé en 2008 pour donner des informations pertinentes à ses lecteurs. Il va de soi qu’un site trop lent, c’est-à-dire qui rame est pénalisant lorsque l’on souhaite accéder rapidement à une source de données. En ajoutant la métrique LCP, la firme Mountain View impose de plus en plus des pages de qualité. Google souhaite impacter directement les webmasters et développeurs Web sur la conception des sites. Le LCP a été créé pour faire parvenir le plus rapidement possible le contenu d’une page internet à ses lecteurs.

Score LCP, comment est-il calculé ?

Les éléments pour calculer le score LCP sont différents en fonction de chaque CMS. Rappelez-vous que le LCP mesure le rendu final d’une page le plus rapidement possible. Google prend en compte les éléments suivants :

  • élément HTML de type bloc de texte ;
  • élément image ;
  • élément vidéo.

Pour faire simple, la mesure du LCP démarre lorsque l’élément le plus large contenu dans la fenêtre d’affichage (overview) est entièrement visible par l’utilisateur.

Mauvais score LCP, comment faire ?

De nombreux facteurs interviennent dans un score LCP. Complexes, ils ne sont pas toujours simples à déceler. Voici les plus courants à travailler ou à optimiser pour obtenir un bon score (Good) par Google, soit moins de 2.5 secondes.
D’après les webmasters de Google, le score LCP est altéré par quatre facteurs principaux :

  1. JavaScript et CSS bloquant le rendu.
  2. Temps de réponse d’un serveur trop lent.
  3. Chargement des ressources trop long.
  4. Rendu final auprès du client.

Les solutions proposées sont assez simples en théorie, plus difficiles en pratique. Généralement, elles nécessitent l’intervention de webmaster :

  • Optimiser le JavaScript, supprimer le codage inutile.
  • Optimiser le CSS en le différant.
  • Optimiser le format des images, leur taille et les compresser au bon niveau.
  • Utiliser des images WebP ou des CDN d’images.
  • Utiliser le lazyloading pour augmenter la vitesse de chargement.
  • Optimiser les polices Web en réduisant leur taille.

Outils de mesure du LCP

Comme pour FID et CLS, LCP se mesure grâce à deux outils : Google Search Console et PageSpeed Insights. Simples d’utilisation, ces deux outils donnent tous les scores détaillés des Core Web Vitals.

Google Search Console, outil Google incontournable

La Google Search Console (GSC) reste un outil utilisé par tous les référenceurs Web. La nouvelle version de la GSC possède un onglet dans son menu appelé « Expérience ». Celui-ci contient trois sous-onglets :

  1. Expérience sur la page.
  2. Signaux Web essentiels (ou Core Web Vitals).
  3. Ergonomie mobile.

L’onglet Signaux Web essentiels permet d’accéder directement à l’outil de mesure du LCP en version desktop et mobile. Les scores FID et CLS sont chaque fois indiqués eux aussi. Étant donné l’importance de la Google Search Console, il est indéniable que ces signaux appelés « essentiels » vont jouer un rôle déterminant au même titre qu’une URL non indexée, un lien rompu ou une mauvaise ergonomie mobile. Ce n’est pas un hasard s’ils sont désormais inclus dans la GSC.

PageSpeed Insights mieux que Lighthouse ?

L’autre outil de mesure si vous n’avez pas accès à la Google Search Console est l’outil PageSpeed Insights. Simple et pratique, il suffit de rentrer l’URL d’un site internet pour obtenir le rapport des Core Web Vitals. L’extension Google Chrome, Lighthouse, est en train de perdre du terrain. Moins utilisée, car dite de « laboratoire », elle donne des résultats moins précis et fluctuants. Elle reste utile pour les développeurs Web avant la mise en ligne d’un site.

Quel avenir pour le LCP ?

Les signaux Web essentiels entrent progressivement dans l’univers du SXO et du SEO. Bien que John Mueller, webmaster et porte-parole du fonctionnement de Google, rapporte que l’impact en SEO est jugé faible actuellement, il est indéniable que sur le long terme, les Core Web Vitals vont prendre de l’importance et impacter de plus en plus le classement des sites internet. L’indexation Mobile First en est la preuve, Google priorise de plus en plus la version mobile au desktop. Il est nécessaire aujourd’hui d’avoir un site responsive étant donné que les internautes sont de plus en plus connectés sur leur smartphone. La mise à jour de la Google Page Experience a fait trembler toute la communauté SEO en 2021. Celle-ci pour le moment est redevenue plus calme. Elle doit néanmoins se préparer à un nouveau tremblement de terre dans un futur probablement très proche.

Le SXO, l’avenir du SEO ?

Le moteur de recherche Google affirme une fois de plus sa suprématie dans le monde du référencement. Sa démarche de vouloir toujours s’améliorer joue une fois de plus en faveur de l’utilisateur. L’UX est en phase de devenir, comme la qualité des contenus, un critère de référencement SEO bientôt essentiel. La course à la qualité n’est pas près de s’arrêter. Ce qui est une bonne chose pour les utilisateurs de Google. Rappelons que près de 6 milliards de recherches sur le moteur de recherche Google sont effectuées chaque jour par 1,17 milliard de personnes. Il est normal que l’humain reste une priorité dans un monde où l’intelligence artificielle prend de plus en plus de place dans notre quotidien.